L\'Emir Abd el Kader

La smala d'Abd El-Kader sur l' île de Sainte-Marguerite

             
 

La smala d'Abd El-Kader sur l' île de Sainte-Marguerite

 
             
 
 
 

L'île Sainte-Marguerite est la plus grande des quatre îles de Lérins, en face de Cannes. Elle a servi de prison au légendaire Masque de fer.

Elle est séparée du continent par un détroit de 1 100 m peu profond. Elle s'étend d'ouest en est sur une longueur de 3 km, et sa largeur est de 900 m environ. On y trouve de très beaux bois d'eucalyptus, les plus anciens d'Europe, et de pins. La majorité de l'île est couverte par la forêt, domaine protégé appartenant à l'État ; c'est la deuxième forêt la plus visitée de France.
Bâti par Richelieu, il a été renforcé par les Espagnols puis par Vauban et servit de prison d'état, puis, après la révolution, de prison militaire. Il accueille désormais le Musée de la Mer présentant des collections d'archéologie sous-marine

 
       
             
 
 


La smala d'Abd El-Kader
a été emprisonnée
au fort
de l'île Sainte-Marguerite
de 1843 à 1848.

 

 
 
 
       
             
     
             
 
 
             
 

En 1882, les nudistes qui faisaient scandale à Sainte-Marguerite !

 
             
 
 

Car vous ne le saviez peut-être pas, nous non plus : à la fin du 19e siècle des prisonniers arabes de Sainte-Marguerite se baignaient tous les jours dans le plus simple appareil !

Les résidants de l'île (en fait, les résidantes surtout !), en étaient, paraît-il, tout retournés... Et même les pêcheurs refusaient d'embarquer leurs femmes qui, habituellement, les aidaient.

La situation était telle que plusieurs plaintes ont été rédigées au sous-préfet de Grasse...

 
Image insolite que ces hommes en djellabah au bord de l'eau... Quand leur prenait l'envie de se baigner, c'était dans le plus simple appareil !
   
 
             
 

Ce récit, vous l'aurez deviné, ne date pas d'hier. En réalité, il est acté de 1882

Et le sous-préfet prit la plume

Revenons à ce scandale de 1882... La situation était devenue tellement insoutenable que le 8 juillet, le sous-préfet de l'époque se décida à tremper la plume dans l'encre pour écrire en ces termes au préfet de Nice : « Monsieur, j'ai l'honneur de porter à votre connaissance que les Arabes prisonniers de l'île Sainte-Marguerite se baignent chaque jour dans un état de complète nudité, commettant ainsi le délit d'outrage à la pudeur. Les personnes qui résident sur Sainte-Marguerite se plaignent vivement et à juste raison de cet état de chose. Je vous serais très reconnaissant de bien vouloir signaler le fait à l'autorité militaire afin qu'elle prenne des mesures pour le faire cesser. »

La réponse des autorités ne tarda pas à arriver

C'est ce que le préfet fit. Et la réponse des autorités militaires ne tarda d'ailleurs pas à arriver. Voici donc ce qu'a écrit le général Bellemare, commandant la 29e division d'infanterie, le 24 juillet : « Monsieur le préfet, j'ai l'honneur de vous informer que les Arabes internés sur l'île ont été pourvus de caleçons nécessaires pour servir à la baignade. »
(1) Ce sont des prisonniers de guerre de la conquête d'Algérie. 49 hommes, 113 femmes, 89 enfants, 39 domestiques, ils constituaient la smala d'Abd El Kader.



10/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres