L\'Emir Abd el Kader

Ahmed Bey et l’Emir Abdelkader, une vision identique sur la résistance

Horizons, quotidien national d'informations

Culture

Dans leur discours contre l’occupant

Ahmed Bey et l’Emir Abdelkader, une vision identique sur la résistance

Publié le 29 avril 2013

Le discours de résistance populaire contre l’occupant, développé par Ahmed Bey et l’Emir Abdelkader, était fondé sur une vision identique, ont soutenu dimanche dernier à Constantine des conférenciers lors d’une rencontre sur le thème « Discours de la résistance contre l’occupation entre 1830 et 1848 ». Le directeur de la culture, M. Djamel Foughali, a souligné, à l’ouverture de cette rencontre de deux jours, initiée par le Musée public national des arts et expressions populaires de Constantine, l’importance de faire « toute la lumière sur le contenu et la philosophie du discours de ces deux illustres résistants contre la force coloniale ». De son côté, Mlle Chadia Benkhalfallah, directrice du musée, a indiqué qu’Ahmed Bey et l’Emir Abdelkader s’inspiraient, dans leurs discours, des réalités identitaires culturelles et religieuses des Algériens, hostiles à l’occupation et épris de liberté et de justice. Le Dr Hamida Amiraoui, professeur à l’université des sciences islamiques Emir-Abdelkader, a estimé, dans ce contexte, que les deux héros Algériens se rejoignent dans la construction de leur discours sur des bases socioculturelles avec une « tendance incitatrice à la résistance populaire contre les forces de l’occupant ». Le chercheur Slimane Hakoum, de l’université d’Ouargla, a, pour sa part, fait état de « nouvelles données sur la relation de la résistance d’Ahmed Bey dans le Sud algérien », prenant Ouargla comme exemple. Il a fait mention, à ce propos, de la « corrélation étroite entre le patrimoine culturel, élément de base du discours et son utilisation rationnelle et scientifique dans la mobilisation pour la résistance et la lutte anticolonialiste ». Le Pr Tahar Mezroua, de l’université de Sétif, a abordé, de son côté, la problématique du rôle joué par des « bureaux arabes » installés par le colonialisme pour mettre fin à la résistance dans l’Est du pays. Le programme de la rencontre prévoit également des conférences d’universitaires de Constantine, de M’sila, de Guelma et de Mascara, qui axeront notamment sur « la politique de colonisation durable en Algérie » et « les valeurs historiques et de patrimoine dans la résistance nationale ».

APS



30/04/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres