L\'Emir Abd el Kader

AGENDA 2012 et au delà

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Algérie

 

(APS) jeudi 22 novembre 2012 13 : 39

 

Colloque les 14 et 15 décembre sur les "Khalifat" de l’Emir Abdelkader

 

ALGER - Un colloque sur les "Khalifat" de l’Emir Abdelkader se tiendra les 14 et 15 décembre prochain à Koléa (Tipasa) avec la participation d’universitaires, chercheurs et personnalités historiques, a annoncé jeudi le président de la Fondation Emir Abdelkader, M. Mohamed Lamine Boutaleb.

 

Ce colloque, qui se tiendra à l’occasion de la célébration du 180ème anniversaire de la Moubayaâ (allégeance), permettra de débattre de tous les aspects liés au parcours de celui qui fut le leader de la résistance contre le colonialisme français entre 1832 et 1847 et le précurseur de l’Etat algérien moderne, a précisé M. Boutaleb lors d’une conférence au forum d’El Moudjahid sous le thème "le 27 novembre 1832, la naissance de l’Etat moderne algérien".

Pendant 17 ans, l’Emir s’était attelé avec une "énergie phénoménale" à fédérer les tribus algériennes, à partager le territoire national sur huit provinces, à savoir Tlemcen, Mascara, Miliana, Médéa, Hamaza, Medjana, l’est du Sahara et l’ouest du Sahara.

Il a réussi à asseoir l’autorité de l’Etat dans ces provinces où il a pu rétablir la sécurité et instituer une nouvelle monnaie permettant de régler les taxes, les soldes de l’armée, les traitements des fonctionnaires et les opérations commerciales, a-t-il souligné.

"C’est grâce à son courage, sa stature et sa culture que l’Emir Abdelkader a réussi dans son oeuvre de création d’un Etat avec tous ses attributs", a ajouté l’orateur.

Pour le conférencier, l’Emir Abdelkader n’était pas simplement un chef militaire, mais un guide spirituel qui avait inculqué aux générations l’esprit de résistance et d’amour de la patrie ayant conduit, par la suite, au déclenchement de la Révolution le 1er novembre 1954. L’Emir demeure un "modèle de valeur morale", un "leader de résistance et de paix" et un "symbole de la culture et de la littérature", a-t-il dit.

 

 

 

 

DIMANCHE 16 OCTOBRE 2011 A PARIS

 

Sur les pas de l'Emir Abdelkader et de Frère François

l'Emir Abdelkader et de Frère François. François et les oiseaux. Mosquée d'
Abdelkader à Constantine. Dimanche 16 octobre 2011. Marche ouverte à toute ...

www.religionspourlapaix.org/img/Abdelkader_et_Francois2011.pdf- En cache - Pages similaires

 

 

 

Sur le site :http://g.lacoste.free.fr/index.htm

 

 

 

 

2012 se poursuit avec autant de festivités et de rencontres que 2011 sur l'Emir Abdelkader aussi bien en Algérie qu'ailleurs.

 

 

---------------------------

 

 

 

 

 

 

Emir Abdelkader, homme de tous les temps

  • Le dernier colloque dans la série organisée par le Cnrpah et l’UABT est annoncé cette fois-ci en grande pompe via des panneaux publicitaires implantés à travers le chef- lieu. Et pour cause, cette 12ème et ultime
  • édition, version 2011, qui se déroulera du 25 au 27 février au palais de la culture de Mansourah, est consacrée à «L’Emir Abdelkader, homme de tous les temps». Fort de 64 communications (en arabe, en français et en anglais), le programme sera animé par des universitaires et chercheurs venant de Turquie, Syrie, Maroc, Egypte, Jordanie, Canada, USA, France, Russie, Ukraine, Hollande, Japon, des Emirats arabes unis, outre ceux représentant des universités algériennes (Tlemcen, Oran, Bejaia, Alger, entre autres). «J’ai eu l’occasion en 1966 de découvrir un manuscrit, alors inédit, d’Abdelkader et de son entourage. Après identification, il a été donné par son propriétaire, Jacques Chevallier ancien maire d’Alger à la Bibliothèque nationale et édité par les professeurs Bennani, Smati et Alfoun à Dar el Oumma, avec deux préfaces des professeurs Abdelmadjid Meziane et Abul Qassem Saadallah. Divisés en six chapitres et écrit de plusieurs mains, dont celle de l’Emir, dans quelles circonstances a-t-il été écrit, à quelle date et qu’apporte-il à la connaissance de l’Emir et de son entourage ? Quel témoignage donne-t-il sur la culture algérienne de l’époque dans l’Ouest algérien ?», c’est ce que tentera d’expliquer le Dr Zaim Khenchlaoui, directeur de recherche au CNRPAH et membre du comité d’organisation du colloque. «Cette rencontre académique se propose donc de donner un tableau circonstancié des idées et des témoignages se rapportant à ce personnage multidimensionnel au destin obstrué, endigué, écartelé, en proie aux chasseurs de lumière. Elle propose globalement une tentative de réponse à la question : qui est Abdelkader ? La complexité du personnage, les tourments du 19ème siècle colonial, l’étendue de la pensée de cet homme, l’importance de ses actes, son implication dans l’Histoire du monde, la place qui lui était réservée et celle qu’il a conquise nous feront admettre, par principe, tous les thèmes de recherche qui puissent servir de cadre général de réflexion pour ce sujet tout en privilégiant ceux qui permettent de cibler davantage notre problématique dont la question confédératrice tourne autour du parcours tentaculaire de l’Emir», souligne-t-on du côté des organisateurs. Par ailleurs, prévu en 2008 pour le bicentenaire de la naissance de l’Émir Abdelkader (1808-1883), le projet colossal a été à plusieurs reprises reporté en raison des difficultés à trouver un réalisateur de renom qui pou rrait immortaliser l’un des personnages importants de l’Histoire de l’Algérie. Après le refus de Ridley Scott qui n’a pas répondu aux sollicitations des Algériens, et de Mustapha Akkad, qui a été tué dans un attentat, les appels à candidature pour la réalisation d’un film gigantesque sur l’épopée de l’Emir Abdelkader sont relancés. La ministre de la Culture a promis au Président Bouteflika que le projet sera à la hauteur du personnage historique et international. Intervenant lors d’une séance de l’APN en 2008, la ministre de la Culture avait même déclaré que «le coût du film pouvait atteindre les 500 milliards de centimes, car le projet est très important pour l’État algérien». Mais pour le gouvernement, le film vise à «mettre en valeur l’ensemble des qualités de l’Émir Abdelkader se rapportant aux domaines intellectuel et culturel, militaire et politique, mettant en exergue le poète, l’homme de lettres, le chef militaire, l’homme d’État et le diplomate ayant laissé des empreintes indélébiles.

 

 

 

Actualités

L’Emir Abdelkader et Tlemcen

Tlemcen les 25,26,27 et 28 février 2012.

Histoire littéraire de Tlemcen

Colloque international

Tlemcen les 15, 16 et 17 janvier 2012

Les routes de la foi

Colloque international

Tlemcen les 18, 19 et 20 décembre 2011

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------

 

 

Colloque international sur l’Emir Abdelkader et Tlemcen les 15, 16, 17 janvier 2012 à Tlemcen

 

"L’Emir Abdelkader: le bâtisseur d’Etat, de villes, le stratège hors-pair"

Par le professeur Djilali Sari, sociologue ( pour Bab edd'Art )



 

« Je n’ai point fait les évènements, ce sont eux qui m’ont fait …L’homme est comme un miroir. Le miroir ne reflète l’image du réel que lorsqu’il est net. »

De la sagesse, la vraie humilité, celle des grands hommes se sacrifiant à la chose publique. Inconditionnellement ! D’autant que dans le cas précis de l’Emir, rien ne le disposait, - exception faite de l’attachement au modèle traditionnel d’éducation d’alors-, à jouer le rôle historique que ses propres adversaires et détracteurs ont tous reconnu et n’ont cessé de le souligner de son vivant même.

Effectivement, en sus de cette éducation de base acquise auprès de ses parents à la Guetna, douar de naissance proche de Mascara, et un séjour de trois années au Machrek dans le cadre de l’accomplissement du cinquième rite de l’Islam, peu avant la chute d’Alger, le fils de Mahieddinne, d’extraction chérifienne, a été investi par les tribus avoisinantes, le 21 novembre 1832, à l’age de 24 ans…

Comment allait-il « s’improviser », se comporter par la force des choses, durant ces deux décennies d’exercice du pouvoir, en fait moins deux décennies (1832-1847) de guerres entrecoupées par de brèves périodes de paix précaire ?

 

« Comme condition à notre acceptation, nous avons imposé à ceux qui nous ont délégué le pouvoir suprême le devoir de toujours se conformer, dans toutes leurs actions, aux saints préceptes et à l’ enseignement du livre de Dieu et de rendre la justice dans leurs ressorts respectifs suivant la loi du Prophète, loyalement et impartialement, au fort et au faible, au noble et aux vertueux. Ils ont souscrit à cette condition. » Ch. Churchill, La vie d’Abdelkader, 1974, 3e édition, p 67.

 

Des principes consensuels, clairement exprimés, des principes au-dessus de tous, universels, aussitôt suivis d’engagements emportant l’adhésion de tous, exception faite d’irréductibles, à l’instar de Mustafa ben Ismaël des Douair et Smalla, de Sidi El Aribi de la Mina …

 

Plus que de l’intuition et du savoir faire commun observable dans l’ espace et dans le temps, assurément des bases solides ayant jeté les fondements d’ un Etat algérien d’inspiration plutôt démocratique ayant galvanisé ses hommes à combattre et à résister suivant des techniques relevant d’un stratège hors pair, des techniques mises en œuvre remontant aux Numides de Jugurtha, précisément formulées à son principal ennemi, le maréchal Bugeaud :

« Quant ton armée marchera en avant, nous nous retirons, mais elle sera forcée de se retirer et nous reviendrons. Nous nous battrons quand nous le jugerons convenable, tu sais que nous ne sommes pas des lâches. Quant à nous opposer aux forces que tu traînes derrière toi, ce serait folie. Mais nous les fatiguerons, nous les harcèlerons, nous les détruirons en détail ; le climat fera le reste. Envoie un homme, dix contre dix, cent contre cent, mille contre mille, et tu verras si nous reculerons. La vague se soulèvera-t-elle quand l’oiseau l’effleure ? C’est l’image de votre passage en Afrique. »

 

Par excellence, la stratégie en rapport avec l’autre maîtrise incontestable celle d’une urbanisation adéquate, concrétisée admirablement par le choix judicieux de sites de villes et de forteresses le long d’ une ligne, jonction Tell-Steppe-Sahara, d’Ouest en Est : Sebdou, Saïda, Takdempt (proche de Tiaret, la médiévale Tahert), Taza, Bogar.

Cependant, la conception et réalisation géniale à plus d’un titre demeure la capitale ambulante, la smala, la ville minimale de 20 000 habitants se baladant suivant des mouvements bien déterminés. La voici telle que décrite par son ami, le colonel Churchill :

« Cette nouvelle et singulière formation était tout simplement une agglomération de foyers privés. Les tribus arabes envoyèrent leurs trésors, leurs femmes, leurs troupeaux, leurs enfants, leurs vieillards, les malades à la Smala, devenue pour elle un asile et un abri protecteur. Elle fut bientôt une immense capitale ambulante qui comptait plus de 20 000 âmes dont la marche se réglait aux mouvements du soleil, tantôt progressant vers les régions les plus cultivées, tantôt roulant vers le Sahara, suivant les fluctuations des fortunes de guerre. »

 

 

Djilali Sari

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques références bibliographiques

Benachenhou A. (1970) : L’Etat algérien en 1830, Ses institutions sous l’ Emir Abdelkader, Alger, édition EPA.

Boutaleb A. (1990) : L’Emir Abdelkader et la formation de la nation algérienne, Alger, Dahlab, 344 p. p 101-102

Kaddache M. (1982) : L’Emir Abdelkader, ministère d l’Information, Alger, 2e édition, 104 p.

 

 

 

 

 

 

..........................................................................................

 

 

 

 

 

2011 est une année faste pour l'émir Abdelkader grâce au travail de sa fondation nationale située à Alger et à l'énergie de ses représentants.

 

En effet tant en Algérie qui vient de lancer officiellement (le 16 avril) le début des festivités et rencontres de " Tlemcen, année de la culture islamique", qu'en France, notamment à Paris, Grenoble, Vendôme , Bordeaux ou encore Vaulx-en-Velin ......(liste non close).

Dans la mesure du possible je m'efforcerais de rendre compte de ces rencontres soit après m'y être rendue ou par s'il y a lieu, par voie de presse.

 

 

 

dimanche 16 octobre 2011 à PARIS

Sur les pas de l'Emir Abdelkader et de Frère François

l'Emir Abdelkader et de Frère François. François et les oiseaux. Mosquée d'
Abdelkader à Constantine. Dimanche 16 octobre 2011. Marche ouverte à toute ...

 

www.religionspourlapaix.org/img/Abdelkader_et_Francois2011.pdf - En cache - Pages similaires

 



22/11/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres