L\'Emir Abd el Kader

ACTUALITES 2012- 2013 - 2014-2015-2016


 Mise en oeuvre de rencontres autour de l'Emir Abdelkader 

à Paris  

Novembre 2012 : les relations interculturelles entre l'Emir Abdelkader et la France, la Syrie et le monde. 

Avril 2013 : l'Emir Abdelkader : L'homme à la culture exceptionnelle dans l'Algérie naissante . 

15 novembre 2013 : l'Emir Abdelkader, mystique et homme d'action : source d'inspiration pour notre temps au Forum 104 rue de Vaugirard Paris   métro Saint-Placide

avec Monseigneur Teissier et Muhamed Valsan

renseignements, réservation : imru@wanadoo.fr 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bannière créée par Yazid Kheloufi 

 

 

 

ABOUT ME : Qui suis-je ?

- d'origine algérienne, française, universitaire, professionnelle de la culture, journaliste, poète, chercheur, conceptrice de projets culturels, pragmatique autant que possible, soucieuse de mon prochain,

- Je suis auteur édité

- J'anime des ateliers d'écriture,

- lectrice bilingue en public de tous textes poétiques ou autre en arabe et en français notamment

- après avoir effectué le périple de l'émir Abdelkader lorsqu'il quitté contraint et forcé l'Algérie en ce lugubre 24 décembre 1847 pour ne plus y revenir de son vivant, j'ai décidé de devenir :

- chercheur sur le parcours et l'oeuvre de l'Emir Abdelkader et de l'Algérie de son époque

- auteur d'une exposition originale "L'émir Abdelkader d'Algérie, de France au jardin de l'Etre"

- de créer un DVD l'Emir Abdelkader l'Algérien

- d'ouvrir ce blog destiné à tous

- et beaucoup d'autres choses......  

                                                

CE QUE JE FAIS

 

- Ce que j'ai dit plus haut

- lectures, écritures, sorties théâtre + papiers d'analyse critique dans revues spécialisées, musique, cinéma, expositions,discussions, rêveries à la manière de J.J.Rousseau autant que possible...

- toujours en quête de m'élever, d'améliorer le quotidien, le rapport à autrui

- cultive l'espérance et le beau sur le bord de ma fenêtre et dans la maison avec l 'aide des oiseaux, les merveilleux oiseaux....

- et beaucoup d'autres choses.......

 

CE QUE J AIME ECOUTER EN CE MOMENT  :

 

http://youtu.be/9RPgSB1n5_g

 

http://youtu.be/TgWJHSzfN-Q 

 

et beaucoup d'autres choses.......

 

 

 http://youtu.be/BsiU02qMIkc 

 

une nouveauté d'écoute  :

 

http://youtu.be/eGDjYVb0Vcw

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=zU5_bOvu7uc 

 

 

 

 

et encore d'autres....

  

 

Abed Azrié interprète magnifiquement un texte de l'émir Abdelkader :  

 

http://www.abedazrie.com/Biographie.htm 

 

 

 

 

 

Je vous invite donc à découvrir ce blog dédié à l 'émir Abdelkader émaillé d'éléments de mon univers personnel de culture arabe sélective. 

 

 

 

 

Debout ici. Assis ici. Toujours ici. 

Éternels ici. Nous avons un seul but, un seul : 

Être. 

Après quoi, nous divergerons sur tout : 

Sur le dessin du drapeau national 

(Tu seras bien avisé, mon peuple vivant, si tu choisis l'emblème de l'âne simple), 

Et sur les paroles de l'hymne nouveau 

(Tu seras bien avisé si tu choisis une chanson sur les noces des colombes), 

Et sur les devoirs des femmes 

(Tu seras bien avisé si tu nommes une femme à la tête des services de sécurité), 

Et sur les pourcentages, le public, le privé, 

Sur tout. Nous avons un seul but : 

Être... 

Après quoi chacun aura toute latitude de choisir. 

 

Mahmoud Darwich 

 

& 

 

MAHMOUD DARWICH aussi pour cette pensée: La terre est ma première mère. Je suis né d'elle et à elle je retournerai. La terre recèle en elle le cercle de l'existence humaine. Elle est notre ciel concret. Un ciel inversé, pourrait-on dire. Nous nous élevons, puis nous descendons et nous nous endormons. C'est peut-être par là que nous rencontrerons Dieu, par la terre. Comme la terre m'a été enlevée et que j'en ai été exilé, elle s'est transformée en origine et en adresse de mon esprit et de mes rêves. Ce sont des circonstances extérieures au lieu que la terre occupe dans mon travail. Le symbole de la patrie. Elle est toute la nostalgie et les rêves de retour. Mais on ne doit pas la considérer seulement comme un lieu circonscrit. Elle est aussi la terre du monde, et cela aussi est à la base de mon travail. La terre est une synthèse : elle est à l'origine de la poésie, et elle en est aussi la matière et le langage. Parfois la terre et la langue sont inséparables. La terre est l'existence physique de la poésie.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
extrait de "Je ne connais pas le désert  "
  

لا أعرف الصحراء،
لكني نَبتّ على جوانبها كلاما...
قال الكلام كلامهُ ، ومضيت
لم أحفظ سوى الإيقاع
أسمعه
وأتبعه
وأرفعه يماما
في الطريق إلى السماء,
سماء أغنيتي،
أنا ابن الساحل السوري،
أسكنه رحيلاً أو مقاما
بين أهل البحر،
لكن السراب يشدني شرقاً
إلى البدو القدامى،
أورد الخيل الجميلة ماءها،
وأجس نبض الأبجدية في الصدى،
وأعود نافذة على جهتين...

أنسى من أكون لكي أكون

 

 

 

 


 Al mutanabbi

 

 

 

 

الخيل والليل والبيــداء تعرفنــــي
والسيف والرمح والقرطاس و القلم

انا الذي نظر العمى إلى ادبــي
و أسمعـت كلماتي من به صمــم

ما أبعد العيب و النقصان عن شرفي
أنا الثـــريا و ذان الشيب و الهرم  

 

Ma grandeur a été façonnée par les chevaux , la nuit , les immensités
Ainsi que par l’épée , la lance , la plume et le parchemin.

Je suis celui dont les poèmes ont rendu la vue à l’aveugle
et que même les sourds entendent miraculeusement.

Sont aussi loin de moi l’insuffisance et les vices
Que sont loin de la pléiade , la vieillesse et la décrépitude .

 

 

et aussi  


صحبـت في الفلوات الوحش منفرد
ا حتى تعجـــب مني القور و الأكــم

 

 

Seul , j’ai poursuivi les animaux sauvages à travers le désert
au point de susciter l’admiration de la pierre et du sable .

 http://www.setif-dz.org/t270-la-poesie-arabe-et-les-problemes-de-traduction 


 

 

 

 

 

 

 

Femmes d'Alger E.Delacroix 1834

 

 

 

 

 

 

 

 L'armoise , parce que l'une des plantes préférées de l'émir Abdelkader

 

 

Une citation très importante de l 'Emir Abdelkader :  "Ne mourra jamais un peuple, qui malgré l'oppression et l'occupation cultive ses traditions, sa langue et sa culture".

 

deux extraits de poèmes de l 'Emir Abdelkader l 'algérien

 

L'éloge du Sahara

Ô toi qui prends la défense des habitants de la ville
Et qui condamne l'amour bédouin
Pour ses horizons sans limites,
Est-ce la légèreté que tu reproches à nos tentes ?
N'as-tu d'éloges que pour des maisons de pierre et de boue ?
Si tu avais les secrets du désert
Si tu t'étais éveillé au milieu du Sahara
Si tes pieds avaient foulé ce tapis de sable
Parsemé de fleurs semblables à des perles,
Tu aurais admiré nos plantes,
L'étrange variété de leurs teintes,
Leur grâce, leur parfum délicieux.
Tu aurais respiré ce souffle embaumé
Qui double la vie,
Car il n'a point passé sur
l'impureté des villes..
 


 

 

 et

 

 

 

 

 

 Chant pastoral: 

 Le chant du pays se rythme au tambourin 

Le rythme de Bou Iblân scintille au firmament 

La danse pastorale est une ondulation de la montagne 

Hautes sont les cimes, limpides sont les sources 

Drues, les vallées de la montagne à Meskaddal 

Où chaque année, on célèbre les pâturages d'été... 

Vertes, les prairies de la plaine d'Azaghar 

Où chaque année, On célèbre les pâturages d'hiver... 

 

ET

 

Une autre citation de l’Emir Abdelkader: « Dis à celui qui considère ses contemporains comme du néant et donne la prééminence aux Anciens: Cet Ancien a été un Moderne en son temps et ce Moderne deviendra un jour ancien ».

 

 

 

 

DATE HISTORIQUE : JEUDI 18 AOUT 2011 , le 100.000 ème visiteur A FRANCHI LE SEUIL DE CE SITE DEPUIS SA CREATION EN JUILLET 2008

QU IL EN SOIT REMERCIE AINSI QUE TOUS LES AUTRES AVANT LUI ET CEUX A VENIR.

 

 

AUJOURD HUI UNE SURPRISE POUR LES CURIEUX SUR CETTE VIDEO REMARQUABLE OBTENUE AUPRES DE MELOMANES UN GRAND MERCI A LUI ET AU GRAND ARTISTE DIB EL AYACHI DE LA VILLE DE ANNABA QUI RESSUSCITE  POUR NOUS UN MORCEAU CLASSIQUE DU GENRE ARABO ANDALOU BIEN CONNU AU PAYS DU CHEM.

 

 

http://youtu.be/TgWJHSzfN-Q 

 

............................................................................................... 

 

 

 

Luxuriante Algérie....si convoitée....

 

 

 

 

............................................

 

 

 

 

 

 

Une lettre de l'émir Abdelkader, don du bâtonnier de Fez, Kaïd Hamou à Monsieur Jacques Chevallier,(1911-1971) député-maire d'Alger. Monsieur le bâtonnier a fait don de cette lettre autographe pour remercier la ville d'Alger qui lors de son conseil municipal du 20 septembre 1953, a décidé de la cession d'une parcelle de terrain de 815 mètres carrés dévolus au sanctuaire du saint patron de la capitale,(1384-1471) Sidi Aberrahmane.

 

 Traduction de cette lettre écrite de la main de l'émir Abdelkader :

 

Louange à Dieu

A votre fils, le vertueux, l'honorable essayed Mohamed Ben Abdelkader Abou Taleb

Sur vous puissent se répandre le salut parfait de Dieu, toute sa bénédiction, sa miséricorde et ses grâces.

Si vous voulez avoir de nos nouvelles,sachez que nous nous portons bien, et que nous sommes en paix Dieu soit loué.

Nois vous informons de ce que vos lettres nous sont parvenues et de ce que nous avons été profondémment désolés en apprenant ce qui vous est arrivé.Nous n'avons pas manqué d'écrire à l'Ambassadeur et au Consul de France pour vous recommander à leur attention.

Si vous parvenez à jouir de la protection et de la sécurité qu'il vous faut, telle sera notre satisfaction; sinon, nous vous conseillerions de vous rendre auprès de vos frères à Sétif ou à Raiz.

Vos raisons seraient légitimes et il ne vous serait point reproché de résider auprès de vos frères.

Ils ne vous ont pas oublié en demandant à Dieu de vous réserver un meilleur sort et de vous assister.

Puisse Dieu exaucer leurs prières.

Nous tous, avec ceux qui vivent parmi nous, vous adressons nos salutations ainsi qu'à tous les vôtres.

 

Ce 25 djoumada Eth-thanéa

1293 (de l'ére hégirienne 1873)

signé Abdelkader Ben Mahieddine

suit le cachet du signataire

 

PS.Nous avons également au Ministère des Affaires Etrangères pour vous recommander à lui.

S'il plaît à Dieu votre désir sera réalisé.

 

 

 .....................................................................

L’Emir Abdelkader précurseur des droits de l’homme dans le monde

28 juillet 2011
 

Les responsables de la Fondation Emir Abdelkader à la veille de la commémoration du cent vingt-huitième anniversaire de la disparition de l’Emir, (26 mai 1882) se sont retrouvés au centre de presse d’El Moudjahid, hier, pour évoquer le séjour du grand homme d’Etat, en Syrie, sa terre d’exil.

El Hadj Mohamed Boutaleb, président de la Fondation et M. Benamar, membre actif, devaient rappeler les conditions dans lesquelles, l’Emir eut à séjourner en Syrie, après son incarcération en France, alors qu’il avait souhaité un exil dans un pays musulman.

L’Emir a eu par la suite à séjourner en Turquie après sa libération par Napoléon III, puis enfin en Syrie.

Durant son séjour, en Turquie, relèvent les responsables de la Fondation, il mena une vie intellectuelle très active, étant parfaitement intégré dans la société du pays d’accueil. Ce qui amène les responsables de la Fondation à affirmer que l’Emir est plus connu en Syrie qu’en Algérie.

L’Emir avait trouvé en Syrie une ambiance culturelle et religieuse qui lui permit de s’impliquer totalement. Il écrivait beaucoup, recevait également énormément, tenait conférences et prêches. L’Emir Abdelkader devait entrer dans l’histoire de la Syrie et l’histoire universelle d’ailleurs, lorsqu’il prit le parti avec ses fidèles compagnons de défendre les membres de la communauté chrétienne syrienne contre les assauts de la communauté druze (12.000 chrétiens menacés).

L’Emir Abdelkader, évita un bain de sang en secourant et protégeant les chrétiens de Syrie.

L’éminent homme d’Etat a été l’une des premières personnalités a évoqué alors la question des droits de l’homme et c’est pour leur défense qu’il a porté secours à la communauté chrétienne.

L’Emir reçut la considération universelle pour le combat en faveur de la liberté et la tolérance.

Il reçut à ce titre de nombreuses distinctions de la part des dirigeants de grands pays.

L’Emir Abdelkader était un grand défenseur acharné du dialogue entre Orient et Occident.

L’homme d’Etat joua, note M. Benamar, un rôle immense dans la construction du canal de Suez. Il était l’ami de l’auteur du projet, M. Ferdinand de Lesseps.

L’Emir intercéda en sa faveur auprès de la Turquie pour favoriser la percée du canal. On connaît l’importance de cet ouvrage et les retombées politiques, diplomatiques et économiques qui suivirent son édification.

M. Benamar relève que pour l’Emir Abdelkader, le canal de Suez constituait un puissant lien entre l’Orient et l’Occident.

A son inauguration l’Emir était présent, dit-il, au premier rang aux côtés des personnalités, chefs d’Etat et de gouvernement invités pour la circonstance.

L’Emir était un soufi accompli, note l’orateur. En sauvant la communauté chrétienne du massacre, note M. Benamar, l’Emir Abdelkader aura une influence sur la carte politique dans les pays du Chem, (Liban, Syrie, Palestine), et la carte géostratégique même. Les puissances occidentales n’auraient pas hésité à intervenir pour secourir la communauté chrétienne avec toutes les conséquences politiques et sécuritaires que l’on peut imaginer. Cet aspect mérite d’être approfondi, que les historiens s’en emparent et que des thèses et autres travaux scientifiques puissent l’éclairer davantage pour l’histoire.

L’Emir était un visionnaire, relève M. Benamar, dans le débat, les responsables de la Fondation interrogés sur le patrimoine algérien existant en Syrie, rappellent que la maison de l’Emir, pour ne citer que cet exemple, appartient à l’Etat syrien. On voulait créer un musée, mais les Syriens n’ont pas réagi.

Ceux qui ont accompagné l’Emir en Syrie se sont répandus dans le Chem, l’ancien Président de la République, M. Lamine Zeroual, avait pris la décision, selon M. Boutaleb, de leur accorder la nationalité algérienne, mais affirme le Président de la Fondation on ne sait toujours pas si cela s’est fait.

Questionnés sur les activités de la fondation, les responsables de celle-ci relèvent que l’institution anime sur l’ensemble du territoire et parfois à l’extérieur du pays des conférences et autres colloques.

Il y a plus de vingt cellules qui activent au sein de la fondation qui travaille sur la vie de l’Emir.

Son œuvre 

Il y a des dates marquantes, celle de la Moubayaa, date fondatrice de l’Etat algérien moderne. Il y a aussi les traités Desmichels et celui de la Tafna, l’évocation des grandes batailles.%u2008On commémore des évènements importants dans les diverses “capitales” créées par l’Emir, là où il s’installait pour organiser la lutte contre le corps expéditionnaire français.

A l’extérieur, il y a une place à Paris qui porte le nom de l’Emir. Il y en a aussi à Cuba, au Venezuela.%u2008A Mexico a été érigée une statue de l’Emir qui occupe une place centrale dans la ville.

Beaucoup d’écrivains français ont écrit sur l’Emir, note M. Boutaleb, et nous sommes en contact avec les autorités françaises pour la restitution de notre patrimoine historique. Les Français ne disent pas non, mais les négociations demeurent difficiles.

M. Benamar revendique pour le compte de la Fondation une maison de l’Emir à Alger (Dar Al Amir) et la consécration d’une journée nationale de l’Emir qui pourrait être fixer le 27 novembre de chaque année (date d’anniversaire de la Moubayaa).

Il ne s’agit pas, précise M. Benamar, d’une journée fériée, mais d’une journée qui rappelle aux Algériens le souvenir d’un grand homme d’Etat. 

 

 

 

  

REGARDEZ BIEN CETTE PHOTO : de l'autre côté des pavés de cette large rue, en haut à droite, vous apercevez le fronton d'un hôtel, avec légèrement plus bas, une partie sombre qui représente une terrasse.Plus bas encore, la devanture d'une librairie protégée par son auvent baissé, un des douze lampadaires  éclairés au gaz posés au nouvel an de 1829 dans cette rue .... 

Il s'agit de l'Hôtel de la Terrasse au 48-50 rue de Rivoli à Paris où j'ai eu l'occasion de séjourner lors de mes visites dans la capitale. 

Cet établissement hélas n'existe plus , c'est un ami qui l'a retrouvé et cette photo fait partie de la couverture d'un livre magnifique intitulé  "Paris Avant/Après 19ème -21 ème siècle "de Patrice de Moncan paru en 2010 Editions du Mécéne dans toutes les librairies.
 

 

Référence : CDE
Présentation : Relié, cousu collé
Couverture : Couverture souple, en couleur, avec larges rabats
Illustration : 740 photos et 40 plans comparatifs
Format : 235 x 310 mm
Nombre de pages : 452
ISBN : 9782358960076
Parution : 24 novembre 2010

 

 

 

Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser