L\'Emir Abd el Kader

Superbe histoire numismatique

www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr

L'Office Central de Lutte Contre leTrafic des Biens Culturels est un département de la Police Nationale qui nous intéresse au premier chef puisque nous possédons tous des biens culturels,monnaies, médailles, jetons et billets, objets divers chargés d'histoire et que ceux qui les volent sont de vrais nuisibles contre qui il faut lutter efficacement.Pour voir la présentation de cet Office sur le blog recrutement de la Police, cliquez.
Lorsqu'un voleur dérobe un objet neutre,non chargé de sens et d'histoire, c'est très triste pour celui qui est volé. Mais un objet neutre est fongible. Si l'on vous vole votre BMW, il y a d'autres BMW identiques dans
le magasin BMW. Mais si une crapule de voleur s'attaque à un objet chargé de sens et d'émotion comme l'est un bien culturel, ce n'est pas seulement le propriétaire qu'il spolie, mais aussi tous ceux pour qui l'objet était porteur d'identité, de racines, d'art, d'émotion, de sens,
de beauté. Certes, vous êtes peut-être la seule personne pour qui l'objet est chargé de sens et d'histoire.
Dans la hiérarchie des urgences et de moyens mis en oeuvre par les forces de l'ordre si vous êtes volé, vous serez bien
entendu très bas. Et pourtant ! Dans une famille où l'arrière grand-père a reçu la croix de guerre 14/18 après l'amputation de sa jambe, le vol de cette croix prive la famille de 3€, la valeur marchande de la croix, et
d'un souvenir inestimable. Mais cela ne concerne qu'une famille.
En revanche, un vol récent, le 17 juin, concerne beaucoup de gens et à double titre. Par le vol d'abord, par la destruction probable du produit du vol, ensuite. Samuel Gouet, en proposant l'exemplaire illustré ci-dessus, signalait « Un très gros trésor contenant au moins 240 statères globulaires à la croix de la tribu des Sénons a été découvert, au début de l'année 1992, en construisant l'autoroute A5 qui relie Troyes à Melun Sénart, à Saint-Denis-lès- Sens (Yonne). » C'est ce « trésor de Saint-Denis-lès-Sens » qui a été volé au musée de la ville par trois vermines dont on peut penser qu'ils sont tellement minables, eux et leur fourgue, qu'ils ont fondu le trésor. Ce faisant, ils nous spolient d'une facette de notre histoire, sans espoir de retour.
Malheureusement, quand on en arrive à voler, et à voler dans un musée, on est tellement bas dans la hiérarchie des êtres vivants qu'il faudrait, pour éviter la destruction des biens volés, disposer d'une liberté d'action et de réaction que les institutionnels n'ont pas. Les anciens se souviendront peut-être de la réaction du très très regretté Jean Vinchon
qui, suite à un vol dans son magasin, où avaient été dérobées des monnaies d'or excessivement précieuses, avait pris le lendemain une annonce d'un quart de page dans un grand quotidien avec le texte « NE FONDEZ PAS CONTACTEZ-MOI ». Je ne crois pas que l'on ait jamais su la fin de l'histoire, mais face à des cloportes qui n'ont rien de sacré, quelle autre réaction  avoir que de les appâter avec la seule chose à laquelle ils soient sensibles : de la thune fraîche ? Mais, bien entendu, impossible et certainement déjà trop tard pour que la ville de Sens procède de la même manière. Bref, soutenez le travail de l'Office Central
de Lutte Contre le Trafic des Biens Culturels !
Michel PRIEUR
CONTRE LE TRAFIC DES BIENS CULTURELS
Dans El-Watan, superbe histoire numismatique.
pour la lire sur le site du journal.
L’ordre et la monnaie
L’histoire est vraie et se passe sur une de ces routes sinueuses du pays, dansant à travers montagnes, platitudes et mornitudes. Se pensant comme chaque Algérien dans la solitude des déserts, un conducteur impatient grille une ligne continue pour doubler un vieux camion trop patient. C’était sans compter sur la vigilance des forces de sécurité. Un gendarme, vert comme une pomme encore dans son arbre, surgit et interpelle. Introduction, papiers et résumé de la situation plus tard, la sanction tombe. Froncement de sourcils et retrait de permis, ce qui est toujours mieux qu’une condamnation à mort.
En bon Algérien, le conducteur essaie de négocier pendant qu’il cherche mentalement qui appeler, sa mère ou un colonel. Mais le gendarme est intraitable et lui explique que «même
l’Emir Abdelkader ma ifrihalekch», ce qui se traduit par «même l’EmiR Abdelkader ne pourra rien pour toi». Le conducteur, dépossédé de son histoire et de son titre de transport, comprendra plus tard l’énigme.
Pourquoi invoquer l’Emir Abdelkader en ces temps aigris ?
En fait, il ne s’agissait pas de l’Emir mais du billet de 1000 DA, sur
lequel trône Abdelkader sur le filigrane.
Décodé, le message voulait dire ceci :
1000 DA ne te suffiront pas pour que je te pardonne. Il va falloir
passer à 2000 DA, ce billet vert, aussi vert qu’un gendarme, et qui n’a toujours pas de surnom.
Contrairement à cette route de campagne, cette histoire n’est pas isolée et confirme que l’inflation a atteint même la gendarmerie qui, sans émeute, a décidé de s’aligner sur les prix. Mais on le sait, la vie est chère et tout ce qui est hors de prix est inaccessible.L’argent adoucit les moeurs et un billet de l’Emir peut adoucir un gendarme, même anguleux. Il n’y a pas de morale à cette histoire, ou alors il faut la chercher dans
la morale ambiante. On notera juste que l’Emir Abdelkader est le fondateur officiel de l’Etat algérien.
Chawki AMARI



07/08/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres