L\'Emir Abd el Kader

De Toulon à Pau, l'émir Abdelkader traverse le canal du midi.

Les personnalités qui ont emprunté le Canal

Abd El Kader

Abd El-Kader (né à Mascara en 1808 et mort à Damas en 1883) était un émir arabe qui dirigea de 1832 à 1847 la résistance à la conquête de l'Algérie par la France. Après la prise de sa smala par le duc d'Aumale en 1843 et la défaite de ses alliés marocains à l'Isly l'année d'après, il dut se rendre en 1847. Il fut interné à Sète jusqu'en 1852, date à laquelle il se rendit à Damas où il finit ses jours.

L'émir Abd el Kader à Damas (Photo du Web)

Le voyage de cet illustre prisonnier et de sa suite ne comprenant pas moins de 97 personnes, suscita un grand intérêt de la population : du fort de Lamalgue de Toulon à Sète puis de Sète à Toulouse par le canal du Midi, ses geôliers devant le conduire jusqu'au château de Henri IV à Pau. Cet événement fut décrit par Auguste Fabrégat, vice-président de la Société Archéologique de Béziers dans le Annales Municipales de la ville de Béziers.

 

Napoléon III lui fit savoir personnellement la fin de sa captivité, après avoir obtenu la promesse de l'émir de ne plus perturber les opérations françaises en Algérie.

Dès onze heures du matin [le 26 avril 1848], une foule immense se pressait sur les deux rives du canal, depuis [le] pont de [Sauclières jusqu'aux écluses]. L'ex-émir Abd-el-Kader était attendu. Sa translation du fort Lamalgue à Cette, en bateau à vapeur, et de Cette à Toulouse par le Canal du Midi, pour, de là, gagner le château d'Henri lV, à Pau, plaçait Béziers dans son itinéraire. II arriva, en effet, à deux heures, par la barque de poste retenue toute entière pour lui et sa suite. La curiosité de la population ne fut que médiocrement satisfaite ; elle ne put jouir que d'un spectacle peu gracieux.

Une trentaine d'Arabes, parmi lesquels négresses et quelques enfants, étaient entassés sur le pont du bateau, enveloppés dans de sales burnous. Les femmes de la maison de l'ex-émir occupaient la grande salle, dont l'accès resta sévèrement interdit aux curieux. Dans le salon réservé, étaient Abd-el-Kader, quelques chefs Arabes, le colonel d'état-major Daumas et le colonel Lheureux, interprète.

Voyageant à l'état de prisonnier, Abd-el-Kader ne reçut aucun hommage des autorités locales. M. Pradal, seul, ingénieur du canal, crut devoir aller le saluer au passage et m'engagea à me joindre à lui en ma qualité de conseiller municipal. Nous nous embarquâmes au Pont Rouge et nous fûmes présentés par M. le colonel Lheureux à l'émir, avec lequel nous eûmes la bonne fortune de nous entretenir tout le temps que durèrent le passage du Port Notre Dame et l'ascension des écluses. Béziers, sa population, son importance au point de vue agricole, industriel et commercial, furent l'objet principal des questions que nous adressa l'émir par la bouche de son interprète qui lui traduisit nos réponses.

Il nous fut permis d'admirer, dans ce rapide entretien, l'étendue des connaissances de l'émir qui approchait de la quarantaine. Sur son beau et large front, rayonnait une auréole de grandeur ; ses yeux profonds et penseurs laissaient lire dans son âme la force, la dignité et l'intelligence. Son nez fin et légèrement arqué était mobile aux ailes ; sa bouche petite, vermeille, finement coupée sous sa petite moustache noire, laissait voir, lorsque l'émir souriait, une dent bleue, tranchant sur l'émail éblouissant de ses soeurs. Cette dent, connue de tous les Arabes, il l'a toujours eu ; c'est une particularité assez étrange, qui rehausse peut-être sa beauté, toute aristocratique.

Abd-el-Kader portait un costume simple, en laine fine, blanche et rouge, qui ne se distinguait de celui de ses compagnons de captivité que par le cordon de poil de chameau enroulé autour du turban qui couvrait sa tête. L'ex-émir parle avec volubilité ; il sourit avec bienveillance. Lorsque nous primes congé de lui, au haut des écluses, il nous donna une poignée de main et continua sa route vers Toulouse.

Source : Auguste Fabrégat, dans les Annales Municipales de Béziers de 1848, pp.334-336.



08/11/2012
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres